RENAISSANCE

Chaque jour est l’occasion d’une mort-renaissance.

Laisser mourir quelque chose en soi pour renaître à un nouvel être.

Cette renaissance est souvent inconfortable. 

Une sensation de mort intérieure associée à celle de devoir obtempérer, lâcher, se fondre dans cette forme d’angoisse. La résistance entraîne la souffrance. Tout l’art est de s’autoriser à entrer dans la sensation, s’engager dans le processus, lâcher et abandonner ce qui doit l’être pour oeuvrer à la transformation. 

Au bout du tunnel et de la traversée de ce désert, se trouve la lumière. Et à ce moment précis, on se rend compte que nous sommes encore et toujours vivants! 

Quel miracle et quelle joie!

Et à chaque nouvelle renaissance, cette même angoisse profonde et cette même redécouverte. 

Oui, nous survivons. Quelque chose à changé, parfois profondément, mais le principal reste là, immuable, serein, aimant et présent.

Pour s’engager dans ce processus de mort-renaissance, il faut une bonne dose de courage mais aussi de confiance : en soi, en la vie, en l’autre qui nous accompagne ainsi que dans le processus. 

L’envie est toujours fortement présente de tout abandonner, de rester là, dans un entre deux… Mais celui-ci est inconfortable et il finit toujours par déclencher cet élan intérieur, plus fort que tout, qui nous pousse à aller encore plus loin quand tout semble se dérober sous nos pieds. Une force surgie de nulle part, insoupçonnée qui nous aide à avancer encore un peu plus.

Cette force tient du miracle et nous relie à la magie de la Vie.

L’épreuve nous offre l’opportunité d’aller trouver au plus profond de nous nos ressources cachées et de les mettre en lumière, pleinement accessibles.

 

Constance

Maïeuticienne de l’âme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.