TEMPS DE PAUSE

Il arrive parfois ce moment de suspension, d’arrêt au milieu d’une course folle.

Un espace de vide, de calme plat, de paix profond, un entre deux. 

C’est comme cet espace entre l’inspiration et l’expiration.

A poumons pleins, la vie retient son souffle avant d’expirer tout son potentiel.

Dans ce temps d’arrêt on peut réellement prendre le temps de savourer la vie.

C’est comme le silence entre les sons, l’infime temps d’arrêt entre les mouvements, l’espace entre 2 battements de coeur… 

Suivant les moments, ce temps est plus ou moins long. Nous pouvons consciemment augmenter le temps de pause mais celui-ci ne sera jamais éternel, la vie est faite de mouvements, et l’élan intérieur nécessite une remise en mouvement. 

Mais pour qu’il y est remise en mouvement, il y a besoin de ce temps de pause nécessaire.

Celui-ci est important et indispensable. Il doit être suffisamment long car il permet l’intégration, la réflexion et la remise en question.

Il est important de réfléchir à harmoniser et à adapter au mieux nos temps de pause. Il faut qu’ils soient suffisants, en nombre, en durée et en qualité sans prendre non plus toute la place.

C’est un juste équilibre qu’il s’agit de trouver en chaque instant, individuellement et collectivement.

 

Constance

Maïeuticienne de l’âme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.