SUIVRE L’EAU

Suivre simplement sa respiration, écouter le doux murmure de l’eau qui coule : une rivière, une cascade, la pluie qui tombe, le va et vient des vagues…

Se fondre en elle, mettre en résonnance notre eau intérieure avec l’eau extérieure.

Suivre simplement le mouvement dans une forme de passivité et d’immobilité.

Etre pleinement dans l’instant, se dissoudre dans l’eau comme le fait le sel ou le sucre.

Accueillir notre impermanence lorsque notre identité se fond dans le tout.

Choisir de s’arrêter et d’être à l’écoute de cette eau qui coule à l’extérieur et à l’intérieur.
Ressentir ce mouvement de balancier et de bercement, cette recherche d’équilibre à chaque instant qui nous rend un peu plus vivant.

Laisser le faire pour s’ouvrir à l’être.

Savoir parfois lâcher, dans une forme d’abandon qui n’est pas une perte ou une défaite.

Simplement un abandon d’accueil et d’ouverture à ce qui est présent en cet instant.

 

Constance

Maïeuticienne de l’âme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.