FORÊT

Pas à pas, l’orée du bois s’éloigne et nous pénétrons dans un autre monde. 

Les arbres, tels des gardiens, protègent le sentier. 

Ce sont également des sages, ils nous enseignent et dans leurs bras et leur ombre, nous pouvons nous reposer.

Au fur et à mesure de notre avancée, les sens s’éveillent.
La musique de la forêt s’élève dans notre âme et dans notre coeur, et c’est bientôt une multitude de petits sons que nous percevons.

Nos pas sur les épines de pins produisent une sonorité toute particulière et libère cette senteur qui remplit nos poumons et nous invite à prendre encore un peu plus d’air pur.

En s’enfonçant encore un peu plus loin, l’air devient plus frais, l’ambiance plus profonde, propice à l’écoute intérieure et à la méditation. 

Il est utile de venir en forêt avec des questions, les réponses viennent par intuition petit à petit, comme si les sages arbres nous soufflaient les informations nécessaires. 

Au détour du sentier, un sonorité bien particulière attire notre attention… C’est la circulation de l’eau au coeur de la forêt. Un petit ruisseau chemine là, entre les racines. Il a su faire sa place au fil des ans, avec patience et persévérance. 

Il est là pour abreuver la forêt et nous offre une merveilleuse opportunité de nous laver de toute l’énergie accumulée. Nous pouvons abandonner nos sens à l’eau, et simplement avec humilité, elle nous nettoie.

Au coeur de la forêt, nous pouvons nous reconnecter à l’essentiel.

 

Constance

Maïeuticienne de l’âme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.