PERIODE DE LATENCE

Attendre avec patience et douceur. Attendre que cela passe.

Le temps se distord, les distances ne semblent plus les même.

Ce qui paraissait court devient lointain, ce qui paraissait proche devient long.

Il est difficile de s’extraire de cette attente, comme englué dans un cycle, une spirale infinie qui semble éternelle.

Dans ce moment, il est important de se rappeler que tout à une fin, que tout change et recommence, ce n’est juste qu’une période entre deux. Il y en a déjà eu et il y en aura d’autres.

Pendant ce temps là, il est nécessaire d’être dans l’observation, l’écoute et l’accueil.

Une nécessaire bienveillance et douceur doit s’installer.

Il est vain de tenter de forcer ou de mettre en place une lutte.

Ce qui est, est et ce qui doit être sera.

La seule variable est la manière dont la période est vécue, autant qu’elle soit la plus douce et sereine possible.

C’est comme se mettre dans une bulle, au calme, au ralenti.

Etre là, disponible.

Attendre, tout simplement, le renouveau imminent.

 

Constance

Maïeuticienne de l’âme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.